Infos et Analyses
en continu
 

Fernand Dédeh

Fernand Dédeh

Professionnel des médias. Fernand Dedeh Tagro est un professionnel des médias très expérimenté, ayant atteint les plus hauts niveaux en tant que journaliste. Il a également fait Chevalier de l'Ordre du mérite de l'éducation nationale et Chevalier de l'Ordre du mérite des Sports. Son expérience couvre 23 années de travail dans les médias, des communications et des relations publiques, notamment en tant que directeur des médias et des communications au ministère des Sports.
En plus de nombreuses sessions de formation professionnelle, il est titulaire d'un master en communication de la Université Atlantique. Il est membre de l'Union de la presse sportive nationale de la Côte d'Ivoire et vice-président de l'Observatoire ivoirien de la liberté de la presse, de l'éthique et de la déontologie (OLPED).
Certains des principaux jalons de sa carrière incluent sa couverture en 2002 des négociations inter-ivoiriennes de Lomé, la couverture des négociations inter-ivoiriennes de Marcoussis en 2003. En 1998, 1998, 2002, 2008, 2010, il a couvert la Coupe d'Afrique des Nations et en 2006, 2010 et 2014 la Coupe du Monde de football respectivement en Allemagne, au Brésil et en Afrique du Sud.

Légère pluie à Abidjan et tirs d’armes automatiques. La capitale économique de la Côte d’Ivoire s’est réveillée ce lundi 15 mai 2017, au rythme des rafales de kalachnikov.

Bouaké prend définitivement, comme en 2002, son nom de ville rebelle. Elle concentre désormais la grogne et le mécontentement des militaires. 72 h que la capitale de la Région des Savanes est aux mains des mutins.

Ce dimanche 14 mai 2017, Bouaké, région des Savanes, dans le centre du pays, reste toujours une ville fantôme. Enrhumée. Angoissée. Les mutins tiennent toujours l’ancienne capitale de la rébellion ivoirienne et ravivent les douloureux souvenirs du début des années 2000.

Le discours du chef d’Etat-major, le général Touré Sékou n’a pas refroidi les ardeurs des militaires mécontents.

Le gouvernement ne veut rien céder aux mutins. La décision est assortie d’une menace claire. « S’ils nous poussent à bout, nous allons y aller. Le pays ne peut pas être en otage. », soutient une source de haut niveau, proche du ministère de la Défense. Les autorités ivoiriennes choisissent pour le moment, la voie du dialogue mais restent fermes. « Nous ne payerons pas un centime. 90 % du territoire sous contrôle. Seul le camp militaire (siège de l’Etat-major au Plateau, quartier des Affaires à Abidjan) est en train d’être traité (à 17 h GMT ce vendredi 12 mai 2017). ».

La présence de la Sénégalaise Sibeth Ndiaye dans le dernier carré des proches de Emmanuel Macron témoigne encore du changement de paradigme qui est en train de s'opérer avec l'arrivée du jeune météore au pouvoir.

Naguère, Les soixante-huitards ou Les baby boomers occidentaux étaient élevés avec un complexe de supériorité à la limite du mépris pour les noirs. Pour un nombre important parmi eux, avoir au sein de sa garde rapprochée une négresse serait une hérésie. Déjà qu'ils sont paresseux et pas intelligents, si en plus on doit prendre une donzelle...

Honorables, chers frères et sœurs, chers amis. Pour certains d’entre vous, ce sera la grande première des débats parlementaires à partir de vendredi 5 mai 2017. Pour d’autres, ils sont des habitués. Tous, vous avez été élus pour doter la Côte d’Ivoire des textes de loi solides, forts et consensuels, entre autres missions.

Félicitations pour le choix porté sur chacun de vous par les électeurs dans vos circonscriptions respectives. La Côte d’Ivoire urbaine et rurale vous regarde.

Réactions des intellectuels africains après le premier tour en France

Alain Lobognon (Ancien ministre des Sports de Côte d’Ivoire)

Je ne suis nullement surpris par les résultats du 1er tour. À un moment donné, le passage de témoin devait s'imposer entre les baby-boomers et leurs enfants.

La communauté française de Côte d’Ivoire a accompli son devoir civique au Consulat de France à Abidjan Plateau. Ils sont 18.000 recensés.  Ils  ont été nombreux, qui ont  pris d’assaut, très tôt ce dimanche 23 avril 2017, le centre de vote. « Beaucoup se sont précipités pour voter vire fait et partir ensuite au bord de l’océan, à Assinie. », explique une française. « Moi j’ai voté pour François Fillon. », révèle une autre.

La communauté française de Côte d’Ivoire a accompli son devoir civique au Consulat de France à Abidjan Plateau. Ils sont 18.000  recensés.  Ils ont été npmbreux qui ont pris d’assaut, très tôt ce dimanche 23 avril 2017, le centre de vote. « Beaucoup se sont précipités pour voter vire fait et partir ensuite au bord de l’océan, à Assinie. », explique une française. « Moi j’ai voté pour François Fillon. », révèle une autre.

Publicité

Newsletter MaPressePerso

Le Podium