Infos et Analyses
en continu
 

Fernand Dédeh

Fernand Dédeh

Professionnel des médias. Fernand Dedeh Tagro est un professionnel des médias très expérimenté, ayant atteint les plus hauts niveaux en tant que journaliste. Il a également fait Chevalier de l'Ordre du mérite de l'éducation nationale et Chevalier de l'Ordre du mérite des Sports. Son expérience couvre 23 années de travail dans les médias, des communications et des relations publiques, notamment en tant que directeur des médias et des communications au ministère des Sports.
En plus de nombreuses sessions de formation professionnelle, il est titulaire d'un master en communication de la Université Atlantique. Il est membre de l'Union de la presse sportive nationale de la Côte d'Ivoire et vice-président de l'Observatoire ivoirien de la liberté de la presse, de l'éthique et de la déontologie (OLPED).
Certains des principaux jalons de sa carrière incluent sa couverture en 2002 des négociations inter-ivoiriennes de Lomé, la couverture des négociations inter-ivoiriennes de Marcoussis en 2003. En 1998, 1998, 2002, 2008, 2010, il a couvert la Coupe d'Afrique des Nations et en 2006, 2010 et 2014 la Coupe du Monde de football respectivement en Allemagne, au Brésil et en Afrique du Sud.

La communauté française de Côte d’Ivoire a accompli son devoir civique au Consulat de France à Abidjan Plateau. Ils sont 18.000 recensés.  Ils  ont été nombreux, qui ont  pris d’assaut, très tôt ce dimanche 23 avril 2017, le centre de vote. « Beaucoup se sont précipités pour voter vire fait et partir ensuite au bord de l’océan, à Assinie. », explique une française. « Moi j’ai voté pour François Fillon. », révèle une autre.

La communauté française de Côte d’Ivoire a accompli son devoir civique au Consulat de France à Abidjan Plateau. Ils sont 18.000  recensés.  Ils ont été npmbreux qui ont pris d’assaut, très tôt ce dimanche 23 avril 2017, le centre de vote. « Beaucoup se sont précipités pour voter vire fait et partir ensuite au bord de l’océan, à Assinie. », explique une française. « Moi j’ai voté pour François Fillon. », révèle une autre.

Fin de la campagne électorale en France ce vendredi 21 avril 2017. Les supputations vont bon train en Afrique. Première réaction en Afrique après l’attentat des Champs Elysées, ayant occasionné la mort d’un policier, « Si nous étions en Afrique, c’est sûr la faiblesse de nos institutions, aurait conduit au report de l’élection, prévue pour le dimanche 23 avril 17. ».

Globalement, pour les Africains qui suivent la présidentielle en France et les Franco-africains (inscrits sur la liste électorale), cinq candidats se distinguent.

« Il vient de nulle part et veut s’imposer… ». « Emmanuel Macron est une arnaque du parti socialiste français. ». « Macron est un patchword. ». Les mots sont forts. Les jeunes africains qui campent Emmanuel Macron, s’arrêtent à l’image que le jeune candidat du parti En marche laisse entrevoir ou voir à travers les médias.

Mah Sogona Bamba est femme politique. Militante du Rassemblement des républicains en Côte d’Ivoire, RDR. Elle ne cache pas son soutien au candidat François Fillon. Ses positions, elle les affirme sur sa page facebook et fait campagne à distance.

L’intégration des énergies renouvelables, dites aussi énergies propres, dans le réseau électrique interconnecté préoccupe les responsables des sociétés d’électricité en Afrique de l’Ouest. Les enjeux majeurs auxquels les spécialistes et experts sont aujourd’hui confrontés sont liés au développement des énergies nouvelles et renouvelables, l’interconnexion des réseaux et l’échange régional d’électricité entre les pays de la CEDEAO et la maîtrise des pertes de distribution de l’électricité.

Benoit Hamon ? « Je l’ai écouté. Je retiens de son discours que la France doit protéger ses intérêts en Afrique. Un discours qui nous a toujours fait mal. Il ajoute qu’il faut aider l’Afrique pour la sécurité de la France. Ce qui n’est rien d’autre que l’infantilisation de notre continent. ». Amara Salifou est philosophe. Universitaire.

La question est pendante. Elle gêne et fâche. L’avenir du Franc CFA occupe les esprits et la campagne présidentielle en France. Finalement, les anti- FCFA ont réussi leur coup : inscrire la question en gras dans l’agenda des candidats à l’élection présidentielle en France.

Jean –Luc Mélenchon est passé du statut d’agitateur des idées à celui de présidentiable. Au point de faire sortir le président sortant, François Hollande de son silence en appelant « à l’intelligence des Français » ou en les mettant en garde contre « la falsification qui fait que l’on regarde le spectacle du tribun plutôt que le contenu de son texte. », dans les colonnes du quotidien Le Point.

Et si Marine Le Pen était la future présidente de la République française ? Tous les sondages et même beaucoup de citoyens la qualifient pour le second tour.

Publicité

Newsletter MaPressePerso