Infos et Analyses
en continu
 

Barthélemy Kouamé

Barthélemy Kouamé

Agitateur d’idées, engagé. Barthélemy Kouamé se distingue surtout par son engagement à réaliser les projets qu’il initie. Inscrit en sciences économiques, il entre dans le journalisme en 1997. En 2006, il préside le Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire (REPPRELCI) dont il est l’un des membres fondateurs. Barthélemy Kouamé devient Directeur Général de ACTUROUTES, la première plate-forme d’informations sur les routes et les transports d’Afrique sub-saharienne, en 2009, après plus de 5 ans passé à Fraternité Matin. Il est par ailleurs le créateur de FRATMAT Mobile dont le modèle inspire depuis 2011 les éditeurs de presse de Côte d’Ivoire et d’autres pays.

C’est malheureux mais l’accident mortel de train survenu ce jeudi aux Etats-Unis pourrait faire l’affaire du candidat Donald Trump. Lors du débat qu’il a eu lundi soir avec sa rivale, Hilary Clinton, Donald Trump n’a pas cessé de dénoncer la dégradation des infrastructures de transports aux Etats-Unis. Alors que son adversaire était plutôt cramponné à des questions de forme, cet incident pourrait faire penser aux Américains que celui qui connaît mieux la réalité du terrain n’est autre que Trump.

Ce rendez-vous était attendu. Combat entre une dame expérimentée, habituée des arcanes du pouvoir politique, et un chef d’entreprise, homme de terrain. Selon toute vraisemblance, celui dont Barack Obama dit qu’il n’est pas « qualifié » pour être le président a mené le débat. De la fiscalité à la sécurité intérieure des Etats-Unis, en passant par la stabilité du monde, Donald Trump a bien montré qu’il est compétitif. Qu’il sait être aussi politique.

Les occidentaux menés par les Etats Unis doivent avoir des regrets, par moment. Si les dirigeants n’en donnent jamais l’air, certainement par orgueil, les citoyens se posent sans doute beaucoup de questions sur la guerre en Syrie. Quelle est en effet cette guerre où le mal qu’on combat grossit de jour en jour ? Et après ce qui semble être une « bavure » américaine, samedi 17 septembre, la Russie a dit tout haut ce que beaucoup affirmaient jusque là tout bas : « les Etats Unis soutiennent l’Etat islamique ».

Elu, pas élu ? Les Gabonais sauront certainement un jour qui, de Jean Ping et d’Ali Bongo, a vraiment gagné l’élection d’août 2016. En attendant, le plus expérimenté a visiblement profité de trois grosses erreurs dans lesquelles est tombé son adversaire qui, quoi que diplomate, s’est laissé prendre. Comme un débutant…

Fin janvier, il publiait un livre qui a fait un tabac : « la France pour la vie ». C’était un « livre méa-culpa », pour montrer qu’il a « changé ». 8 mois plus tard, l’ancien président français remet le couvert. Cette fois, l’œuvre est intitulée « tout pour la France ». Et ce que l’on en retient, c’est la déclaration officielle de candidature pour la présidentielle de 2017. Mais Nicolas Sarkozy devra surmonter de nombreux obstacles érigés (surtout) dans l’opinion…dans sa marche pour la reconquête du pouvoir.

On croyait les médias d’Etat incapables d’organiser le moindre débat politique. Surtout quand le « chef suprême » peut être écorché…Eh bien, détrompons-nous ! La radio nationale, à travers Fréquence 2 notamment, nous démontre désormais le contraire. Elle a même décidé, comme elle le crie d’ailleurs, de « laver le linge salle en public ». Et c’est tous les jours où presque.

Pas si sûr que ce discours à la nation du Chef de l’Etat, à la veille du 56e anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, était vraiment attendu. On attendait le président Ouattara plus tôt, sur les violences qui ont secoué la vie sociale entre le 19 et le 22 juillet mais il a gardé le silence. Les manifestations étant éteintes,… on peut affirmer que c’est une sortie surprise qu’il a faite. Une belle surprise faite d’aveu et de responsabilité.

L’Afrique en parle peu, mais c’est un véritable scandale que la société d’aujourd’hui ne saurait passer sous silence. Pour l’apothéose de la campagne des municipales, le président sud-africain, en plus d’avoir mobilisé des milliers de ses partisans, a cru bon de lancer cette phrase : « aucun parti blanc ne doit jamais diriger ce pays ». C’est une véritable arme, dont la capacité de destruction va au-delà des adversaires de Jacob Zuma, au-delà même de l’Afrique du sud, pour atteindre toute l’Afrique et le reste du monde.

Un ministre « temporaire », pour un temps, ça existe. Là ne se trouve pas la question ou les questions que suscite la nomination de Robert Beugré Mambé. On comprend que cette nomination tombe au mauvais moment…Dans un contexte où la confiance est mise à rude épreuve, voire électrocutée. Mais le véritable problème se présente en trois questions. Qui sont autant d’inquiétudes pour la gouvernance dans notre pays et pour le succès des 8e Jeux de la Francophonie. Notre analyse !

« Clown », « bouffon », « plaisantin »…Les qualificatifs pour ironiser sur la candidature du milliardaire américain n’ont pas manqué. Un peu plus d’un an après son entrée officielle dans la course à la Maison Blanche, on peut dire que Donald Trump a été victime d’attaques. Quelqu’un a-t-il voulu le disqualifier dans cette compétition qu’il peut réellement gagner ou ces réactions face à son intention de diriger les Etats-Unis ont-elles été faites de bonne foi ?

Publicité

Newsletter MaPressePerso

Le Podium