Infos et Analyses
en continu
 

Barthélemy Kouamé

Barthélemy Kouamé

Agitateur d’idées, engagé. Barthélemy Kouamé se distingue surtout par son engagement à réaliser les projets qu’il initie. Inscrit en sciences économiques, il entre dans le journalisme en 1997. En 2006, il préside le Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire (REPPRELCI) dont il est l’un des membres fondateurs. Barthélemy Kouamé devient Directeur Général de ACTUROUTES, la première plate-forme d’informations sur les routes et les transports d’Afrique sub-saharienne, en 2009, après plus de 5 ans passé à Fraternité Matin. Il est par ailleurs le créateur de FRATMAT Mobile dont le modèle inspire depuis 2011 les éditeurs de presse de Côte d’Ivoire et d’autres pays.

On le dit souvent : « la colère est mauvaise conseillère ». Et il faut le répéter dès maintenant : les manifestations qui ont lieu actuellement, aussi légitimes qu’elles soient, vont être payées cher. Très cher même. Si les manifestants n’en ont pas conscience, les autorités ont quant à elles le devoir d’anticiper et de stopper une hausse plus qu’insupportable, dans les mois à venir, du coût de la vie. Au nom du pays !

Les faits sont extrêmement graves. Avant que les défenseurs des droits de l’homme ne s’en saisissent, la police ivoirienne a fait un communiqué. Au-delà de rassurer sur le fait qu’il ne saurait avoir d’exécution extra-judiciaire en Côte d’Ivoire, le communiqué manque de nous dire si oui ou non les faits sont avérés : et les faits de vols et la scène qui apparait dans la vidéo. Notre analyse du communiqué officiel dont nous avons eu copie.

Que se passe-t-il (vraiment) dans ce monde ? Les événements se succèdent à une vitesse effrénée. C’est peut dire que le monde changent de façon inquiétante. Une révolution ? Mais dans quel sens va-t-elle ? On n’a pas fini de panser les plaies ouvertes à Nice qu’un coup d’Etat est annoncé en Turquie. C’est quoi la prochaine étape ? Analyse !

Carnage, tragédie, horreur…Aucun mot n’est certainement trop fort pour décrire ce qui vient de se passer à Nice, dans l’extrême sud-est de la France. Une scène dramatique et insupportable. Des corps sans vie qui jonchent un boulevard, écrasés par un camion fou qui roulait à vive allure. Des milliers de personnes étaient rassemblées à la plage pour faire la fête nationale. "La nation est éplorée", a déclaré François Hollande qui a du coup décidé de rallonger la période de l'Etat d'urgence après cette scène macabre.

Une scène qui rappelle l’attaque de Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire, le 13 mars dernier. Alors qu’ils profitaient d’un dimanche ensoleillé, une vingtaine de personnes avaient péri sous les balles d’un commando qui a frappé dans la foule. Mais pour cette dernière attaque en France, les terroristes (on attend leur revendication) ont fait vraiment fort.

Dans une vidéo abondamment diffusée par plusieurs chaines de télé, on voit un long camion rouler au pas puis accélérer quand il fonce sur la foule massée sur le trottoir, du côté de la mer. Selon les premières estimations, il a roulé sur au moins deux kilomètres. Imaginez l’étendue des dégâts derrière lui. Faisant du coup de « La Promenade des Anglais », ce boulevard emblématique qui se confond à la ville de Nice une scène d’horreur.

Nous avons eu l’occasion de parcourir La Promenade des Anglais à plusieurs reprises. Il ne se vide presque jamais, avec sa belle et longue plage, ses cafés et hôtels aux abords. On imagine combien de gens, les Niçois mais les visiteurs étrangers, y étaient ce jeudi soir, jour de la fête nationale de France. Le jour de cette attaque n’a donc pas été choisi au hasard, comme chacun peut le deviner.

Finalement, on comprend que le terrorisme, ce n’est pas seulement des fusils et des explosifs même si selon certaines sources le camion en avait en son sein. On devrait comprendre depuis le 11 septembre 2001 quand des avions commerciaux ont détruit les tours jumelles de New York que l’arme du terrorisme, c’est finalement tout ce que nous utilisons comme biens et services, qu’il suffit de détourner pour qu’il y ait des morts. Beaucoup de morts. Un colis piégé n’aurait certainement pas fait autant de victimes. Il aurait pu être découvert avant qu’il n’explose.

Les terroristes optent donc désormais pour des scénarios visibles mais moins suspects, dans leur orchestration. Le temps de réaliser qu’un drame se prépare, l’horreur est déjà là. A Grand-Bassam, lorsque les djihadistes ont débarqué sur la plage, ils n’ont été vus comme tels qu’au moment où ils tiraient. Il y avait déjà des morts. Et même, ceux qui étaient loin de la scène ont mis du temps à réaliser que c’était une attaque. Pensant à des coups de pétard pour fêtards. A Nice, également ville balnéaire, personne n’a vraisemblablement pu penser, au démarrage du camion, qu’il s’en allait commettre des meurtres. Dans la vidéo, on voit des gens qui courent à l’arrière après son démarrage : tentaient-ils de le rattraper après avoir su que quelque chose de grave allait se produire ? Ou était-ce des complices ? Ou encore tentaient-ils de créer, de façon inconsciente, un mouvement festif avec le camion en marche ?

L’enquête répondra, et dira quelle est l’identité du conducteur qui a du reste été abattu. Mais on peut noter qu’aussi bien à Grand-Bassam qu’à Nice, il s’agit de ville secondaire. Montrant ainsi que le terrorisme apparaît de plus en plus là où on l’attend le moins. Pour vu qu’il y ait du monde…pour faire un charnier. Il multiplie sans cesse les tentatives. Jamais découragé par l’échec. En effet, selon des sources concordantes, un groupe d’une douzaine de terroristes cachés dans un cheval en bois a tenté de pénétrer dans l’enceinte du Stade de France lors de la finale de l’Euro 2016, dimanche dernier, avant d’être démasqués et incarcéré.

En solidarité à Nice et à toute la France, cet article est en consultation gratuite.

Ça ne sent pas bon ! Du moins, c’est ce que croit Fatoumata Traoré-Diop. Dans un texte public que nous avons pu consulter, cette femme politique bien connue pour avoir occupé de hauts postes de responsabilité dans l’administration et à la Commission électorale s’explique. Et dit « prier » pour que « le pire » n’arrive pas. De quoi s’agit-il ?

Retour sur une audience qui ne finira pas de parler d’elle de si tôt. Le Président de la République est en colère, à la fois contre l’Inspection générale d’Etat (IGE) et les services de l’Etat que cette institution doit contrôler. Recevant Niamien N’Goran et ses collaborateurs, Alassane Ouattara n’a pas tergiverser sur ses sentiments : « C’est inacceptable ! », a-t-il dit. Un mot fort qui devrait signifier qu’il frappe fort…dans les jours à venir. Mais que peut vraiment le Chef de l’Etat ? Décryptage !

vendredi, 08 juillet 2016 21:25

Amadou Soumahoro : Incompris ou mal inspiré ?

Les propos attribués à Amadou Soumahoro dérangent. Le leader du RDR et actuel président du directoire du RHDP vient de faire une sortie pour le moins inopportune, si on en croit tous les reporters qui étaient à sa conférence de presse du 7 juillet. Des propos qu’on peut résumer par cette phrase reprise par la quasi-totalité des journaux : « Si le FPI revient au pouvoir, nous iront tous en exil ».

Le vendredi 08 juillet, l’ambassadeur des Etats-Unis inaugurera un centre « pour la promotion de l’entreprenariat » à Abidjan. Mais au-delà de l’incitation à l’entreprenariat, ce centre se met en place pour cultiver le leadership des jeunes, notamment en matière de gouvernance des affaires publiques et de démocratie.

La situation au Mali est loin d’être stabilisée, à en croire la force française présente dans la région. Bien au contraire, soutient-elle dans un récent rapport, « les groupes armés terroristes cherchent à reprendre l’initiative ». Du coup, la menace terroriste reste entière ou presque sur ce pays et tous les autres qui font frontière avec lui.

De deux choses l’une. Soit le président savait que cette augmentation était obligatoire et il ne peut faire autrement, et donc qu’il a joué avec nos sentiments…Soit la compagnie ivoirienne d’électricité s’est rendu doublement coupable d’une augmentation qu’elle veut nous imposer. Parlons-nous franchement. Vraiment !

Publicité

Newsletter MaPressePerso

Le Podium