Infos et Analyses
en continu
 

Les Chroniques

Les groupes A, B, et C ont donné les noms des équipes qualifiées pour le quarts de finale. On connait même les affiches des premières rencontres, prévues le samedi 28 janvier 2017. Sénégal-Cameroun et Burkina Faso- Tunisie.
Quartier chic de Cocody-Angré à Abidjan. 2 h avant le coup d’envoi du match Côte d’Ivoire-Maroc. La circulation est fluide. Le temps est couvert. Les Ivoiriens se pressent pour rejoindre les espaces réservés pour la retransmission du match en direct ou tout simplement, leurs domiciles respectifs.
Deux matches pour la deuxième place qualificative en quarts de finale de la CAN. Sénégal-Algérie : 1-1 Zimbabwe-Tunise : 0-3 Avant le coup d’envoi, le classement est Sénégal : 6 points + 4 Tunisie : 3 points -1 Algérie: 1 point -1 Zimbabwe : 1 point -2
Les Lions de la Teranga du Sénégal sont déjà assurés de terminer à la première place de la Poule A. Les trois autres équipes peuvent prétendre à la seconde place qualificative. Algérie, Tunisie et Zimbabwe sont encore en course. L’Algérie, un match nul et défaite, compte 1 point -1. La Tunisie, une défaite et une victoire, compte 3 points -1. Le Zimbabwe, un match nul et une défaite, compte 1 point- 2. L’avenir de l’Algérie dépendra du comportement des joueurs de Aliou Cissé. Tunisie- Zimbabwe reste totalement ouvert. Les Guerriers n’ont pas d’autres choix que de gagner. Les Aigles de Carthage peuvent se contenter d’un match nul. Mais le danger est dans le résultat de l’autre match de la Poule.
Le duel à distance entre Libreville et Franceville, entre le Gabon, le Cameroun et le BurkinaFAso, tourne en faveur du Cameroun et du Burkina. Les deux pays assurent tranquillement leur qualification pour le second tour. Le Cmeroun en tenant en échec le pays organisateur, gère son match et son ticket. Le Burkina, grâce à deux buts, le premier contre son camp du défenseur Sylva et le deuxième sur la finesse de Bertrand Traoré, occupe après l'heure de jeu, la première place.
La IIIè République est mal partie. A peine née, qu’elle se découvre à exacerber des clivages enfouis. Dans la Grande muette et la Fonction publique, les tensions sont vives et c’est le branle-bas. Des chancelleries américaines et françaises demandent à leurs ressortissants ou de ne pas sortir ou de trouver refuge dans les représentations diplomatiques, et des agents de banques conseillent à leurs parents et amis de faire des retraits pour s’approvisionner. Le pays est assis sur un baril de poudre, qui pourrait exploser à tout moment.
Le président Ali Bongo Odimba est resté deux heures, le samedi 21 janvier 17, au stade de l’Amitié, aux côtés des joueurs des Panthères. Le mythique Roger Milla s’est fendu d’une déclaration pour démentir les rumeurs de corruption qui circulaient sur les réseaux sociaux, relatives aux arrangements de voisons, entre le Gabon et Cameroun. « Le Cameroun n’est pas à acheter. », a-t-il martelé. La presse burkinabé qui moque son équipe nationale, arrivée la veille du match à Franceville, sans avoir pris les dispositions adéquates liées à l’hébergement des Etalons. « La faute aux dirigeants de la fédération. Nous sommes des Burkinabé. Nous vivons à Franceville. Ils n’ont même pas pris contact avec nous… », s’énerve un supporter des vice-champions d’Afrique 2013. «Les Chiens sauvages » de Guinée Bissau paraissent les plus sereins. Ils ont leur destin sous leurs crampons, soutient leur entraîneur.
Un match ennuyeux sur une pelouse dégradée. Egypte-Angola a été sans saveur. A la décharge des joueurs, cette pelouse du stade de Port Gentil ! Elle ne favorise pas le jeu au sol, les contrôles. N’empêche, les deux équipes ont essayé de tenir le ballon.
La pelouse du stade Port Gentil n’est pas bonne du tout. Mais elle a été mieux domptée par les ghanéens. Sereins, solides et solidaires en défense, bien organisés dans le secteur médian et utilisation optimale du couloir droit, avec Jordan Ayew et Atsu. Des Ghanéens plus offensifs donc face à des maliens, coureurs, sprinteurs même mais peu efficaces.
  La nette victoire du Maroc aux dépens du Togo (3-1) et le match nul entre la Côte d’Ivoire et la RDC (2-2), ont compliqué les calculs dans la Poule C. Aucune équipe n’est désormais qualifiée ou éliminée. Tout reste possible. Tout dépendra du résultat de chaque équipe lors de la troisième journée, le mardi 24 janvier 17. Le classement dans cette poule après la deuxième journée donne : 1er : RDC, 4 points +1 ; 2ème : Maroc, 3 points +1 ; 3ème : Côte d’Ivoire, 2 points +0 : 4ème : Togo : 1 point -2
La Côte d’Ivoire a donné des migraines à ses supporters. Michel Dussuyer a procédé à de nombreux changements dans son équipe par rapport au match contre le Togo. Mais le jeu n’a pas varié. Au contraire, les Congolais ont étalé les lacunes du groupe de Dussuyer. Lenteur, manque de cohésion, manque de vivacité.
Sur les 16 entraineurs au Gabon, seuls 4 sont africains. Alioune Cissé du Sénégal ; Florent Ibenge de la Rdc ; Kalisto Pusuwa du Zimbabwe et Baciro Candé de la Guinée Bissau. Alioune Cissé a battu à plate couture 2 à 0, la Tunisie du franco portugais Henri Kasperczak. Je l’ai dit et le redit, il faut qu’on arrête  de payer à coup de  dizaines de millions, des entraineurs expatriés qui ne font rien d’exceptionnel.
En 2015,  Florent Ibengue était sur le banc de la RDC. En demi-finale de la coupe d’Afrique des nations. La Côte d’Ivoire était au mieux de sa forme de compétition avec son commandant en Yaya Touré, totalement retrouvé. 3-1. Large score. Score logique au terme des 90 mn. Les Eléphants arrachaient leur ticket pour la finale de la 30ème édition de la CAN. Les deux équipes se retrouvent.
Match plié en quatre minutes. Les Sénégalais avaient sûrement tout prévu sauf cette entame haut de gamme. Les poulains de Aliou Cissé se sont vite installés dans la partie. Disposition tactique, vitesse, précision.
Le duel maghrébin aura été insipide. Sans saveur. Les joueurs attendus n’ont pas explosé. Tant côté algérien que côté tunisien. Marhez, Brahimi étaient attendus. Ombres d’eux-mêmes. Une première mi-temps monotone. Qui n’aura valu que par trois ballons chauds qui ont eu le mérite en valeur le gardien tunisien.
Rencontre décisive, ce vendredi 20 janvier 17 à Oyem. Éléphants- Léopards. Les Éléphants ont calé devant les Éperviers du Togo lors de leur première sortie, les Léopards ont battu le Maroc (1-0). Avant ce match important, l’entraîneur des Ivoiriens a rencontré la presse sportive présente à Oyem.
Algérie-Tunisie, deux pays qui se connaissent bien. Qui se sont maintes fois retrouvés en compétition. Cette fois, c’est en terre équatoriale que Algériens et Tunisiens vont s’affronter.
Une premiere mi-temps chaotique. Un match à l’envers. Un but d’anthologie de Piquetti. Et c’est le journaliste de Sport, Nasser El Fadel qui le décrit le mieux : « Il part de 4à m, une cueikkère sur un premier rideau camerounais, il évite un deuxième, élimine un troisième dans la surface de réparation, frappe en force et pleine lucarne. ». Ce but est à conserver dans un coin de l’agenda. Il pourrait être parmi les buts du tournoi pour ne pas dire le but du tournoi.
Alassane Ouattara est dans la tourmente. Et, à l’instar d’un naufragé, il tente de s’agripper à tout, pour pouvoir sauver son régime à la dérive. Aussi, alors qu’il ne sait plus à quel saint se vouer face à l’ampleur de la mutinerie qui fait boule de neige et de la grogne sociale qui ne s’essouffle pas, a-t-il trouvé un bouc-émissaire idéal: Laurent Gbagbo. En pointant du doigt son ennemi intime, il espère faire baisser la tension.
Un match à enjeu. Un match engagé. Des blessures. Jonathan Pitroipa, le meneur de jeu burkinabé et le latéral gauche gabonais Serge Obiang, n’auront pas été au-delà de la demi-heure de jeu. Vaincus tous les deux par l’intensité du match, leurs genoux respectifs les ont lâchés.

Publicité

Newsletter MaPressePerso

Le Podium